/, Littérature, Poésie/René Char, Page d’ascendants

René Char, Page d’ascendants

By | 2022-09-23T22:15:33+02:00 22 septembre 2022|Art, Littérature, Poésie|0 Comments

Thème du tiers inclus:  L’Ascendance poétique

Antagonismes en interaction  : Constellation d’influences poétiques

 

Source de la Sorgue. Fontaine-de-Vaucluse

 

***

 

 

René Char

 

Page d’ascendants

 

 

À l’ouverture le troubadour.

Villon est sur les lieux

Dante, sensuel féodal, assortit le cyprès à la chair de l’érable

d’Aubigné est le plus ravagé

Pétrarque dessine avec Giotto le double chrysanthème

Shakespeare est la postérité de Shakespeare

Louise Labé a gagné ses éperons à la trêve des lys, elle est amante

Scève vitrifie

quoique carrée la voile de Ronsard a des ris de serpentins

Thérèse d’Avila et Sade, les plus hardis, sont les plus exposés

Racine en clair-obscur nous incendie

Chénier a la fermeté du désastre

le capitaine de louveterie Pouchkine

le rot prophétique de William Blake

Keats, tel Endymion, n’a pas fait son temps, n’a touché aucun mur, noeud coulant lumineux

Léopardi poétise sa peur devineresse dans la nuit de la nature

la main d’Hugo effleure Booz qui rougit

Chateaubriand emplit de ses volontés l’urne de la parole

 

 

Vigny est inspiré dans un angle insigne

Nerval a la grâce qui affame

Baudelaire fond les blessures de l’intelligence du coeur en une douleur rivale d’âme

Hölderlin est d’ailes spacieuses, autant que les muets, il sait

Mallarmé est à la fois unique et conditionnel

Nietzsche détruit avant forme la galère cosmique

Melville est sûr

Poe, de face ou de dos, m’est témoin

dans le harassement Emily Brontë est souffle

Rimbaud n’humilie pas le Pays qu’il révèle

Verlaine dans la gravelure a le plus de vénusté

Lautréamont, blasphémateur, homme de bien, met fin

le timbre de la bicyclette de Jarry n’hallucine pas que la banlieue de Paris capitale

Apollinaire abouche le chant profond avec la faconde

Claudel est irresponsable

Synge nous sourit de son vert promontoire

Kafka est notre pyramide

 

 

Rilke nous tend le trèfle à quatre feuilles de la mort

Proust est soudain Pindare

Reverdy se cave et dédaigne le gain

je revois Éluard

 celui que j’oublie fut heureux.

 

Isaïe, Héraclite, Anaximandre, Anaxagore, Lao-Tseu, Eschyle, Sophocle, Paracelse, Lulle, Maître Eckart, Saint-Just, Van Gogh  n’éprouvent pas les maux du froid …

 

 

 

                                                         …

 

Leave A Comment

%d blogueurs aiment cette page :