/, Cinéma, Cinéma, Histoire, Littérature, Philosophie, Poésie/Tarentule, Tarentelle, Tarentisme et … Tarenta :  Entre rite païen et religion, une reconnaissance sociale

Tarentule, Tarentelle, Tarentisme et … Tarenta :  Entre rite païen et religion, une reconnaissance sociale

By | 2022-01-17T20:51:09+01:00 29 décembre 2021|Art, Cinéma, Cinéma, Histoire, Littérature, Philosophie, Poésie|2 Comments

Définitions :

Tarente: Port d’Italie situé dans les pouilles. Étymologie : Du pré-indo-européen. Tar – : Pierre, rocher

Tarentule: Grosse araignée répandue en Europe méridionale

Tarentelle:  Ensemble de danses traditionnelles rapides, et de formes musicales associées, de l’Italie méridionale.

Tarentula : Remède homéopathique indiqué dans les troubles nerveux caractérisés par une extrême agitation mêlée d’anxiété et de violence.

Tarentisme ou Tarentulisme : Maladie qui sévissait au Moyen Âge, près de la ville de Tarente dans la région des Pouilles dans le Sud de l’Italie du XV ème au XVII ème siècle. On la croyait causée par la morsure d’une araignée, la tarentule, et on  la soignait par un rituel choréo-musical, la tarentelle que le tarentisme est également venu à désigner.

 

 

***

 

 LA TARENTA

 La courte vidéo

située à la fin de cet article

facilite la compréhension du texte

 

 

Thème du tiers inclus:  Reconnaissance et intégration sociale de la « folie », de la damnation, de la marginalité, de l’exclusion, de la souffrance, du blasphème.

Antagonismes en interaction: Rite païen ~ Religion,  Envoûtement ~ Purification, Envoûtement ~ Conjuration, Possession ~ Délivrance, Ensorcellement ~ Exorcisme, Anonymat ~ Acceptation sociale, Marginalité ~ Reconnaissance sociale, Privation de droits élémentaires ~ Mise en scène du désespoir

 

 

La Tarenta est l’araignée mythique, en soi inoffensive, qui mord symboliquement et génère par son poison, des troubles du corps et de l’âme. Le Tarentisme est le mal du mauvais passé qui revient et reprend son tourment, s’origine de la contamination de rites orgiaques et initiatiques païens entre l’an 800 et l’an 1300. Il a été et reste diversement relaté depuis 1700, lorsqu’à l’espérance de libération des possédés, l’église substitue l’image de Saint Paul.

***

 

LA TARENTA

de

Gianfranco  Mingozzi

 

 

Voici la terre des Pouilles et du Salento, fendue par le soleil et la solitude.

Ici l’homme chemine sur les lentisques et la terre d’argile.

 

Depuis des siècles, toute pierre s’y défait et s’y corrode,

jusqu’aux pierres équarries dressées par l’homme

Les maisons grossières, les églises où se mesurent la douleur et l’espérance,

se dessèchent et tombent dans le silence

 

 

L’eau est avare

 

Les animaux battent de leurs sabots un tempo aux invisibles mutations…

Les couleurs sont blanches, noires, rouille.

C’est une terre de poisons animaux et végétaux

 

 

Dans la fournaise, surgit l’araignée de la folie et de l’absence.

Elle s’insinue dans le sang de corps délicats

qui ne connaissent que le travail aride de la terre

 

Ici croissent entre les épis de blé et les feuilles de tabac,

la superstition, la terreur, l’angoisse

d’un sortilège possible, domestique

 

 

Les génies païens de la maison semblent résister à une profonde métamorphose

qu’une civilisation millénaire tente d’imposer

 

*

 

L’été, saison pesante des grecs,

s’insinue comme poussière et dessèche l’eau des puits

 

La lumière blanche stridente déchire les yeux,

l’ennui pénètre à l’intérieur de l’homme,

pousse ses sentiments vers l’irrationnel,

déforme les instincts

 

 

Les tarentulées disent sentir l’ennui dès le début du mal

 

*

 

Leur mal est soigné par les cadences d’une musique puissamment rythmée et répétitive,

et par la danse de la petite Taranta

 

La Tarentelle

 

Les instruments musicaux du soin sont le violon, l’accordéon et le tambourin

 

Le violoniste est coiffeur

 

le tambourineur est agriculteur

 

l’accordéoniste porte les morts en terre

 

La Tarentulée se fait araignée

Elle devient l’araignée qui est en elle

 

 

 

Sa pensée devient rythme pur

et, de ses mouvements presque mécaniques,

surgissent des figures de libération

ébranlées d’ombres désespérées.

 

 

Luttant contre la Taranta

Elle s’imagine  la piétiner et la tuer du pied qui bat la danse.

 

 

Pas après pas, elle cherche l’équilibre de son esprit

cernant le vertige en des courbes musicales de plus en plus vibrantes

jusqu’à la perte des sens

 

*

 

La possédée demande à saint Paul

si elle doit poursuivre son tourment rythmique

 

 

ou si la grâce du repos lui a été accordée

 

Le Saint demande à la femme l’offrande d’une messe

 

 

 La malade refuse

 

 

Son cœur exige d’abord un signe

qui éloignera son tourment maléfique

 

 

 

 

 

Ainsi, par le symbolisme de la musique et de la danse,

le passé de douleur, les défaites de l’âme,

les blessures des Tarentulées sont évoquées,

déversées et défaites dans un équilibre qui durera

jusqu’à la saison de la nouvelle récolte.

 

 

Le vingt huit juin de chaque année

sous le soleil brûlant,

les Tarentulées

et celles qui ont été libérées du mal

s’en vont

à la chapelle de saint Paul

 

 

Elles portent l’espoir d’entendre des lèvres du Saint

une parole qui anéantira toute force maléfique

 

 

C’est le grand jour des tarentulées

 

 

Une fois l’an

elles secouent le fardeau

de leurs tourments,

de leur place anonyme dans la société,

et de la privation de leurs droits élémentaires

 

 

Elles peuvent mettre en scène leur désespoir devant une foule de spectateurs

 

Chaque année, l’espoir d’une guérison arrive dans leur âme

 

*

 

Lorsqu’arrive la nuit

Les  femmes se rassemblent et prient dans la chapelle

Musique et danse sont à présent interdites par la piété chrétienne

Le Tarentisme amorce son déclin

 

 

Ce qui pouvait passer pour une chorégraphie ou un folklore

appartient désormais au champ de la neurologie

 

*

 

Dans l’évolution contemporaine du monde

cet héritage du moyen âge

entame désormais son dernier acte

                                                                                                                                                  . . .

 

 

 » La Tarenta « 

Film de

Gianfranco  Mingozzi

 

 

                                                                                                 . . .

 

 

2 Comments

  1. Jacline MORICEAU 1 janvier 2022 at 18 h 41 min

    Je suis toujours étonnée par la variété de tes recherches fort intéressantes au demeurant.
    Bonne année et à la lecture de ton prochain article
    Jacline

  2. Chantal LEYGONIE 13 janvier 2022 at 11 h 23 min

    Si l’histoire m’était toujours contée en des termes si beaux, je cesserais d’être un cancre de la vie

Leave A Comment

%d blogueurs aiment cette page :