/, Physique, Sciences "fondamentales", Sciences humaines/La locution  » En même temps » vue sous l’angle de la logique dynamique du tiers inclus contradictoire.

La locution  » En même temps » vue sous l’angle de la logique dynamique du tiers inclus contradictoire.

Thème du tiers inclus : La locution : « En même temps »

Les antagonismes en jeu : Les éléments, évènements, ou phénomènes en en relation, interaction ou opposition.

———-

Au début de son livre intitulé Le principe d’antagonisme et la logique de l’énergie, Stéphane Lupasco énonce le postulat fondamental d’une logique différente :

La logique dynamique du contradictoire, logique fondée sur le principe d’antagonisme

« A tout phénomène ou élément ou événement logique quelconque, et donc au jugement qui le pense, à la proposition qui l’exprime, au signe qui le symbolise : « e » par exemple, doit toujours être associé, structuralement et fonctionnellement, un anti-phénomène ou anti-élément ou anti-événement logique, et donc un jugement, une proposition, un signe contradictoire : « non-e » ; et de telle sorte que « e » ou « non-e » ne peut jamais qu’être potentialisé par l’actualisation de « non-e » ou « e », mais non pas disparaître afin que soit « non-e » soit « e » puisse se suffire à lui-même dans une indépendance et donc une non-contradiction rigoureuse (comme dans toute logique, classique ou autre, qui se fonde sur l’absoluité du principe de non-contradiction). »

La logique du contradictoire ne s’applique pas seulement à des propositions comme les logiques que nous appellerons classiques mais s’applique à des choses quelconques à condition qu’elles soient des dynamismes : des phénomènes, des éléments, des événements, associés à leurs « anti-phénomènes », « anti-éléments », « anti-événements ». C’est leur caractère dynamique qui permet de les dire « logiques [1]« .

Ce postulat remet en question l’absoluité du principe de non-contradiction. (Celui de la logique dite binaire)

Qu’est-ce qu’un anti-phénomène, un anti-événement…?

 

Lupasco relie un phénomène à son « anti-phénomène logique » par la négation. On reconnaît les termes contradictoires de la logique aristotélicienne.

Mais la négation prend ici un sens nouveau : elle ne se limite pas à l’acte mental ou langagier de nier, de rejeter une assertion comme fausse. Les choses en général et non pas seulement les propositions peuvent être liées entre elles par la négation, au sens où l’actualisation de l’une est la potentialisation de l’autre.

L’opérateur « négation » change donc de sens par rapport à la logique classique et par rapport aux différentes logiques formelles. D’habitude il est foncteur de vérité : si une proposition p est vraie, la négation de cette proposition, non-p, est fausse et, inversement, si celle-ci, non-p, est vraie, p est fausse.

Ça n’est pas le cas dans la Logique du Contradictoire : la négation d’un terme donne le terme antagoniste tel que si l’un s’actualise, l’autre se potentialise.

L’expression « En même temps » est le signe d’une pensée de la « complexité » qui transcende les clivages de la binarité. Elle signifie qu’aucune pensée n’est exempte de contradiction, mieux que toute pensée vraie implique un dialogue intérieur qui associe des arguments nécessairement polémiques.

 

La logique du Tiers inclus, (contrairement à l’interprétation erronée communément admise) ne signifie en aucun cas que l’on puisse affirmer une chose et son contraire, ce qui par annihilation réciproque, détruirait toute possibilité de prédiction et donc toute possibilité d’approche scientifique du monde. Il s’agit plutôt de reconnaître, dans un monde d’interconnexions irréductibles (comme dans le monde quantique) un découpage du réel qui affecte ce réel lui-même. L’entité réelle peut ainsi montrer des aspects « contradictoires » qui sont incompréhensibles, absurdes même, du point de vue d’une logique fondée sur le postulat «  ou ceci ou cela ».

Ces aspects contradictoires cessent d’être absurdes dans une logique fondée sur le postulat « et ceci et cela [2] »

 

———-

 

Mais l’expression « En même temps » a une autre signification, non plus située dans le champ de l’argumentation mais dans celui de la temporalité.

Le principe d’antagonisme et la logique de l’énergie présente une riche réflexion philosophique sur la nature de l’espace-temps.

S.Lupasco y constate, comme résultat de sa logique, la primauté de la relation, de « l’opération » sur l’objet, sur « l’élément » : c’est ici  l’opération qui engendre l’élément [3]. Les éléments, somme toute, se présentent comme des arrêts du dynamisme, du devenir d’une implication; ils marquent la limite d’une actualisation devant la potentialisation contradictoire.

Le temps et l’espace sont par conséquent eux-mêmes un résultat de la logique de l’antagonisme contradictoire.

La pensée de S. Lupasco est très précise : C’est le temps qui dépend de l’élément logique, dans la mesure où il est dynamique et contradictoire, et non pas inversement.

 

Le temps est le résultat du mouvement, du changement, du dynamisme logique : « Le temps est engendré par le dynamisme logique, fonction de la dualité antagoniste de toute énergie, énergie qui, par son caractère contradictoire même, sans lequel elle ne peut exister, constitue toute expérience logique, c’est à dire le logique lui-même ; la fin, l’épuisement, impossible logiquement – nous disons bien, logiquement – de cette énergie, signifie à son tour la fin, l’épuisement du temps ».

Pour le plus simple bon sens, d’ailleurs, si un objet, une entité quelconque, une pierre, pouvait demeurer indéfiniment la même, inaltérable dans son identité, elle n’aurait plus de temps ; la notion de temps intervient par l’expérience de l’usure, de la transformation, de la modification de l’identité[4].

C’est seulement lorsque l’identité entre en conflit avec la diversité, ce qui constitue la notion même de changement, que le temps se manifeste.

 

Tel est le postulat fondamental de la logique dynamique du contradictoire de Stéphane Lupasco :

 

La Logique Dynamique du Contradictoire postule l’existence, la nature et la genèse du temps [5].

 

Sans contradiction, le temps est impossible. Mais dans une contradiction absolue, comme dans une non-contradiction absolue, il est également impossible. C’est pourquoi le temps n’est possible que de par cette logique de dualités contradictoires, dont l’antagonisme énergétique constitutif est la source et la condition nécessaire des actualisations et potentialisations, en même temps que l’obstacle infranchissable à des actualisations et à des potentialisations rigoureuses, infinies. Dès lors, le temps ne peut être fini, avoir une fin, mais ne peut davantage être infini ; il est transfini, comme les actualisations et tous les développements logiques qui l’engendrent.

 

Dès lors que la non-contradiction n’est pas absolue, un temps logique apparaît. Temps logique, puisqu’il est engendré par la contradiction et l’antagonisme qu’implique toute non-contradiction relative, laquelle implique, comme condition d’existence et de définition de tout élément ou événement logique, un élément ou événement contradictoire et antagoniste, et, par là, la propriété de l’actualisation et de la potentialisation relatives.

 

Un élément ou événement ne peut être contradictoire et antagoniste d’un autre élément sans être de même nature que lui : s’il était, en effet, (d’une autre nature) [6], il ne saurait le toucher, il constituerait un univers parallèle, qui rendrait impossible tout contact entre eux. De ce que le contradictoire a fait naître une temporalité, celle-ci doit donc être de nature également logique.[7]

 

La présence simultanée de ces pensées ou de ces événements les facilite-t-elle ou les entrave-t-elle ?

 

La juxtaposition des deux n’exige pas leur synthèse. La notion de synthèse chère à Hegel n’existe pas chez Lupasco.

Lupasco a montré qu’il s’agit bien plus d’un système, où subsistent intactes les polarités antagonistes que d’une synthèse dans laquelle la thèse et l’antithèse perdent même leur potentialité de contradiction. La trialectique de Lupasco trouve sa source dans la physique quantique.

 

Penser l’association de pensées contradictoires comme germe d’une ambivalence affective d’indécision pouvant aller jusqu’à l’inhibition, c’est méconnaitre ou mécomprendre l’inclusion de la contradiction dans le tiers inclus. C’est percevoir la contradiction avec une pensée restée binaire. Ceux qui sont restés sur cette pensée, citent le plus souvent l’âne de Buridan mourant de faim et de soif faute de choisir.

 

Intégrer la contradiction ne conduit en aucune façon à l’immobilisme. Celui-ci étant précisément le fait de la radicalisation des polarités en jeu qui s’abstrait de la contradiction.

 

L’expression « En même temps » n’est en aucun cas une juxtaposition de contradictions. Elle EST la contradiction d’où elle tire son dynamisme. Elle n’est en aucun cas une synthèse ou une résultante, elle SE NOURRIT de l’inclusion de la contradiction dont elle tire son dynamisme. Elle est non binaire, elle est tripolaire et comme nous l’avons vu plus haut : tripolaire TRANSFINIE.

 

Stéphane Lupasco insiste sur ce point : Le temps, bien que sa nature fût logique, loin d’être une condition des phénomènes, un cadre de la sensibilité, comme le pensait Kant, est, inversement, conditionné par les phénomènes : un élément, un événement, un phénomène, précisément de par sa structure logique, dans le sens généralisé que nous donnons au terme « logique », ne se déroule pas dans le temps, mais déroule son temps ; il est, en tant qu’actualisation relative plus ou moins développée, la condition même d’un temps. Il aura donc son temps propre, fonction de son actualisation [8].

 

L’espace est lui aussi, un résultat du dynamisme logique : selon S.Lupasco, il n’est rien d’autre que la simultanéité des évènements, des éléments, des systèmes de systèmes. Mais comment peut-on concevoir la simultanéité ? Pour qu’il y ait simultanéité et conjonction il faut qu’il y ait des éléments à la fois identiques et divers, et plus la contradiction de l’identité et de la diversité sera fortement équilibrée, plus ils seront simultanés, constituant précisément cette notion d’ensemble.

L’espace apparaît ainsi comme une conjonction contradictionnelle, tandis que le temps apparaît comme une disjonction contradictionnelle : l’espace et le temps sont liés par une relation de contradiction. Selon la formule de Lupasco : «  Il y aura toujours de l’espace dans le temps et du temps dans l’espace »

 

L’actualisation et la potentialisation n’ont pas lieu dans l’espace-temps, mais c’est l’espace-temps lui-même qui est engendré par la contradiction actualisation-potentialisation.

Ainsi, comme nous l’avons vu plus haut, un élément, un événement, un phénomène, précisément de par sa structure logique, ne se déroule pas dans le temps, mais déroule un temps. De même, les phénomènes, quels qu’ils soient, ne se déroulent pas dans l’espace, mais déroulent un espace. Il n’y a pas d’objets dans l’espace, mais de l’espace dans les objets ; les objets ne sont pas localisés mais localisent, créent des localisations. L’espace comme le temps, sont des fonctions, des éléments, plutôt des ensembles, des systèmes d’éléments.

Ainsi donc, l’espace logique comme le temps logique constituent un espace-temps propre à chaque ensemble, un espace-temps de configuration.

 

Chaque pole de la structure ternaire homogène – hétérogène ~ état T 9](du tiers inclus) conduit à un espace temps propre.

 

Cette description de l’espace temps conduit à une conclusion majeure, en accord avec certains développements de la physique contemporaine, ( qui se sont produits, pour la plupart d’entre eux, après la formulation des travaux de Lupasco) : notre espace-temps continu à quatre dimensions n’est pas l’unique espace-temps concevable. Il apparaît plutôt comme une approximation, comme une « section » d’un espace-temps beaucoup plus riche en tant que phénomènes possibles.

 En effet, précise Basarab Nicolescu [10] dans la préface du livre Principe d’antagonisme et logique de l’énergie, de S. Lupasco, l’espace-temps continu caractérise notre expérience ordinaire, celle de l’actualisation à notre propre échelle. Selon Lupasco, tout évènement énergétique possède une structure ternaire actualisation-potentialisation-état T (de Tiers inclus), ou homogénéisation – hétérogénéisation- état T (de Tiers inclus). Par conséquent, l’actualisation et son espace-temps continu n’est qu’un aspect, partiel et approximatif, de l’action concomitante des trois pôles contradictoires avec leurs espace-temps associés.

 

On arrive ainsi à la conclusion apparemment paradoxale que l’espace temps continu ne suffit pas pour la description de la Réalité : un espace plus large, qui englobe d’une manière ou d’une autre l’espace-temps continu, doit être défini. La causalité locale, forcément définie dans l’espace-temps continu, n’est plus valable dans cet espace plus large. Le temps continu apparaît lui-même comme une approximation : le temps correspondant à une actualisation sera nécessairement discontinu, car «  Tout temps évolue par saccades, par bonds, par avances et reculs, de par la constitution même de la dialectique qui lui donne naissance ».

 

La temporalité est ainsi discontinue [11].

 

Rien de logique ne peut être intemporel puisque rien de logique ne peut être absolument non-contradictoire. Tout ce qui est logique engendre du temps parce que tout ce qui est logique relève de l’énergie, c’est à dire de la dynamique du contradictoire.

 

Le temps est impossible dans un univers régi rigoureusement par une non-contradiction stricte ; il n’a d’existence que dans la mesure où il y a un dynamisme énergétique contradictoire.

 

Mais cette spatio-temporalité logique est elle-même une dualité dialectique. La succession n’existe que par rapport à la simultanéité, et vice-versa ; cependant l’une s’oppose à l’autre, l’une tente d’exclure, de supprimer l’autre.

C’est encore par antagonisme que le temps est solidaire de l’espace et celui-ci de celui-là.

Lorsqu’un [12] processus logique s’actualise et que le processus contradictoire se potentialise, la disjonction d’exclusion qui est à la base de ce double mouvement engendre un temporalité qui est d’autant plus libre et plus pure que la conjonction contradictionnelle qui engendre la spatialité, c’est à dire la simultanéité, est plus potentialisée elle-même que là.

 

———-

 

[1] Il conviendra de veiller dans ce document à l’utilisation du terme « Logique ». Il ne signifiera pas ici ce qui se rapporte purement à une manière de raisonner estimée juste. Il signifiera : « Ce qui se rapporte à une logique » . Et cette logique peut être différente d’une logique commune.

[2] Basarab Nicolescu, Qu’est-ce que la réalité, Réflexions autour de la pensée de Stéphane Lupasco, Ed Liber

[3] Stéphane Lupasco, Le principe d’antagonisme et la logique de l’énergie, Ed. l’esprit et la matière, Le Rocher, P71

[4] Stéphane Lupasco, Le principe d’antagonisme et la logique de l’énergie, Ed. l’esprit et la matière, Le Rocher, P 99

[5] Stéphane Lupasco, Le principe d’antagonisme et la logique de l’énergie, Ed. l’esprit et la matière, Le Rocher, P 101.

[6] C’est ce que propose cependant Régis Debray en médiologie

[7] Stéphane Lupasco, Le principe d’antagonisme et la logique de l’énergie, Ed. l’esprit et la matière, Le Rocher, P 98

[8] Stéphane Lupasco, Le principe d’antagonisme et la logique de l’énergie, Ed. l’esprit et la matière, Le Rocher, P 101.

[9] Voir les deux principes contradictoires à l’origine de la théorie Lupascienne : le principe d’homogénéisation ou deuxième principe de la thermodynamique de Carnot-Clausius et le principe d’hétérogénéisation ou principe d’exclusion de Pauli.

[10] Basarab Nicolescu, Qu’est-ce que la réalité, Réflexions autour de la pensée de Stéphane Lupasco, Ed Liber.

[11] Stéphane Lupasco, Le principe d’antagonisme et la logique de l’énergie, Ed. l’esprit et la matière, Le Rocher, P 105.

12]  Stéphane Lupasco, Le principe d’antagonisme et la logique de l’énergie, Ed. l’esprit et la matière, Le Rocher, P 112.

Leave A Comment

%d blogueurs aiment cette page :